A votre santé !

A votre santé !
Nous répondons à toutes vos questions sur la santé des femmes

vendredi 30 mars 2012

Uteron Pharma : une augmentation de capital de 14 millions d’euros


En Région wallonne, de nombreuses entreprises se portent bien notamment dans le domaine de la santé. Parmi celles-ci, il y a Uteron Pharma. Elle vient de mener à bien une nouvelle augmentation de capital portant sur un montant de 14 millions d’euros. Les fonds nouvellement levés permettront à Uteron Pharma de continuer à financer ses fortes ambitions de croissance en tant que spécialiste de la santé féminine.


Cette transaction a été soutenue par le management de la société. Y a souscrit également un grand nombre d’investisseurs privés et institutionnels existants et nouveaux ainsi que d’entrepreneurs (Parmi ses investisseurs, nous trouvons notamment Saffelberg Investments, S.R.I.W., Société Universitaire de Promotion de la Recherche (S.U.P.R.E.M.E), Meusinvest, Robert Taub, Trustcapital (Christian Dumoulin), Cheniclem Private Equity (Bernard Jolly), Corpar (Baudouin Jolly), Nomainvest (Yves Noel),), Joseph Martial, François Grafé, Amnassen (François Blondel), Jean Stéphenne and Elex (Roland Duchatelet).

Après augmentation de capital, la valorisation de l’entreprise est portée à plus de 150 millions  d’euros. "Nous sommes extrêmement heureux du soutien permanent et renouvelé des investisseurs existants ainsi que de la confiance accordée par les nouveaux investisseurs, exprimant ainsi leur volonté de faire d’Uteron Pharma un leader mondial dans le segment de la santé féminine », concluent François Fornieri et Stijn Van Rompay, co-CEO d’Uteron Pharma.

jeudi 29 mars 2012

Débat sur le remboursement de suppléments lors d'une hospitalisation

Dans certaines circonstances, l'assurance hospitalisation proposée par les mutuelles est exonérée de la taxe sur les assurances.  La base légale de cette exonération a été modifiée par la loi du 18 avril 2010 instaurant une exemption de la taxe annuelle sur les opérations d'assurance au bénéfice des assurances soins de santé offrant un niveau de protection élevé. Une des conditions pour bénéficier de cette exonération est la suivante : « La présence d'une maladie, d'une affection ou d'une situation préexistante dans le chef de l'assuré principal ou d'un assuré secondaire ne peut entraîner le rejet de l'assuré principal ou d'un assuré secondaire et ne peut entraîner une majoration des primes ou une restriction au niveau de l'intervention ».

mercredi 28 mars 2012

Incroyable greffe du visage aux USA !

Quinze ans que Richard Norris n'osait sortir dans la rue sans se cacher derrière un masque.
L'opération, menée par une équipe de l'université du Maryland, a duré plus de 36 heures. Les chirurgiens ont d'abord dû éliminer toutes les opérations de reconstructions faciales que le patient avait déjà subi au cours des dernières années. À partir de là, ils ont pu greffer une nouvelle mâchoire, de nouvelles dents, un nouveau nez, reconstruire la langue du patient et greffer un visage complet, du crâne à la base du cou. (Plus d'infos sur figaro.fr)

Pharmacien et maison de repos : changement au 1er juillet 2012 !


La distribution de médicaments en maison de repos est au cœur d’une vastre réflexion politique et économique. La députée, Elke Sleurs, N-VA,  rappelle que la note de politique générale Santé publique mentionne le recours au pharmacien hospitalier pour la délivrance des médicaments dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins. Selon elle, la note dit que cela générera une économie. « Sur le terrain, beaucoup s'interrogent sur le contenu précis de cette mesure. »

La ministre de la santé, Laurette Onkelinx, a fait le point sur cette question : « La mesure décidée par le gouvernement en matière de délivrance de médicaments en maisons de repos est la suivante : les maisons de repos pourront s’approvisionner, soit via la pharmacie d’un hôpital, soit via une officine ouverte au public, mais le coût pour l’assurance maladie doit être identique. Rien ne change donc pour la maison de repos. Par contre, en ce qui concerne la facturation par l’Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI), je suis en train de travailler à une nouvelle rémunération du pharmacien qui donne les résultats budgétaires attendus, mais qui tienne également mieux compte des spécificités du travail du pharmacien qui délivre dans une maison de repos. »

lundi 26 mars 2012

Le fonds d'avenir pour les soins de santé : rendement financier de 4,78 %


Où en est le fond d'avenir pour les soins de santé? Louis Ide, député NVA, au Sénat, a posé la ministre fédérale de la santé, Laurette Onkelinx. "Durant plusieurs années, la marge budgétaire dégagée par l'assurance soins de santé a été en partie utilisée pour alimenter un Fonds d'avenir pour les soins de santé. L'objectif de ce Fonds est de constituer un tampon financier afin de pouvoir assumer à l'avenir la hausse des coûts liés au vieillissement. En 2011 et 2012, la situation financière critique des finances publiques et de la gestion globale de la sécurité sociale n'a toutefois pas permis de verser des moyens supplémentaires au Fonds."

Sida en Belgique : les actions du Fédéral

Du côté francophone, la Plate-Forme Prévention Sida regroupe toutes les énergies pour combattre cette maladie. Mais que se passe-t-il au niveau fédéral?

Marleen Temmerman (sp.a), a demandé à Laurette Onkelinx au Sénat de faire le point sur la politique concernant le Sida. « En 2010, on a diagnostiqué en Belgique 1.196 nouveaux cas de VIH, soit 3,3 par jour. C'est le niveau le plus élevé enregistré dans notre pays depuis le début de l'épidémie. Les chiffres de l'Institut scientifique de Santé publique pour 2010 indiquent également une augmentation du nombre de patients VIH suivis médicalement (11 984, c'est-à-dire 941 de plus qu'en 2009). En dépit de tous les efforts et des informations, le nombre de nouvelles infections par le VIH ne recule toujours pas en Belgique. Nous observons même que deux catégories à risque sortent du lot : les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes et les étrangers, en particulier les Africains subsahariens. »

vendredi 23 mars 2012

Biowin : un espoir de 1.200 emplois dans le domaine de la santé !

Ce 23 mars 2012, le centre de Recherche et Développement de Baxter en Belgique et le Pôle de compétitivité Santé de Wallonie BioWin se sont associés pour organiser un événement de maillage.

L'objectif était d'initier de nouvelles opportunités de partenariat entre Baxter et des entreprises et chercheurs actifs dans le domaine de l'innovation dans les secteurs des biotechnologies et des technologies médicales en Wallonie et à Bruxelles.
Les quelque trente acteurs industriels et académiques présents lors de l'événement avaient été soigneusement présélectionnés sur base de leur expertise dans des domaines susceptibles de contribuer aux travaux de recherche et développement de Baxter. Les PME et centres de recherche privés et publics retenus ont eu l'occasion de présenter leurs idées et domaines d'excellence à plusieurs dirigeants et scientifiques du centre européen de R&D de Baxter.

Test-Achat en débat avec les pharmaciens

Test-Achats vient de sortir une nouvelle enquête sur les pharmaciens et les pharmacie. Selon l'association, près de trois pharmaciens sur cinq vendent des remèdes qui ne peuvent pas être administrés en même temps et la majorité d'entre eux ne posent pas assez de questions aux patients. Avant de vendre, les priorités du pharmacien sont avant tout le patient et la santé, a rappelé vendredi Test-Achats, lors d'une conférence de presse. La dernière enquête de l'organisation de consommateurs menée dans 55 pharmacies du pays entre octobre et novembre 2011, dans le but de tester la connaissance des pharmaciens en matière de contre-indication des médicaments, démontre le fait que la majorité de ceux-ci ne remplissent pas leur mission médicale.

Prévention du sida et des toxicomanies : des moyens pour Modus Vivendi


Les objectifs de l’asbl « Modus Vivendi » sont de prévenir la transmission du sida et des autres MST auprès des usagers de drogues et de réduire les risques pour la santé liés à l’usage de drogues (hépatites, overdoses, etc.) à travers plusieurs actions. Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, lors de sa séance du 23 mars 2012, a adopté sur proposition de la Ministre de la Santé, l’arrêté de subvention d’un montant de 403.370 euros à l’ASBL « Modus Vivendi » à titre de soutien au programme d’actions de promotion de la santé dans les domaines de prévention du sida et des toxicomanies, pour l’année 2012.

mercredi 21 mars 2012

Test QI des enfants : gratuit ou 150 euros?


Les centres PMS sont fréquemment sollicités pour établir une attestation de QI, qui est obligatoire pour le remboursement d’une rééducation logopédique par l’Inami. L’arrêté royal du 10 janvier 1991 prévoit en effet une intervention de la sécurité sociale dans la rééducation des troubles du développement du langage en l’absence d’un trouble de l’intelligence. La question a fait débat au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La députée Florence Reuter a rappelé que beaucoup de parents s’adressent au centre PMS pour obtenir ce test afin de l’intégrer dans le dossier à remettre à leur mutuelle. "Effectué par un centre PMS, ce test est gratuit et dispense les parents de se rendre chez un psychologue ou un psychiatre dont les honoraires atteignent parfois 150 euros. De plus, quand il est réalisé par un conseiller PMS au sein même de l’école, l’enfant est en milieu connu et se prête à l’exercice en toute confiance."

La circulaire 3136 du 10 mai 2010 rappelle pourtant aux centres PMS que s’ils sont agréés pour réaliser ces tests, "ils ne peuvent le faire de façon isolée, une analyse globale étant indispensable" précise la députée.


Marie-Dominique Simonet, ministre de l’Enseignement obligatoire a fait le point sur cette question : "La circulaire 3136 n’a pas pour objectif de réduire le champ d’action des professionnels des centres PMS mais au contraire de veiller à ce que ces centres puissent exercer pleinement leurs missions. La législation relative à l’Inami établit la nomenclature des prestations faisant l’objet d’un remboursement. C’est le cas pour la rééducation  par un logopède des troubles du développement du langage en l’absence d’un trouble de l’intelligence. Cette restriction se fonde sur l’idée que si la rééducation logopédique suffit souvent à traiter les troubles du langage oral ou écrit, il n’est pas rare de constater que ces troubles font partie d’un syndrome général qui nécessite une prise en charge pluridisciplinaire. C’est donc pour éviter que l’on soigne mal ou trop vite et non par hasard ou inadvertance que le fédéral a établi ces conditions."



Prévention et dépistage de la tuberculose : le point

Si, en Belgique, l’incidence de la tuberculose est sous la barre des dix cas par 100 000 habitants, elle reste néanmoins l’une des plus élevées parmi les pays d’Europe occidentale. En 2010, 377 nouveaux cas ont été enregistrés en Région bruxelloise et 278 en Wallonie, principalement dans les grandes villes comme Liège ou Charleroi. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le député M. André du Bus a rappelé que lors des dernières décennies en effet, on a pu observer un ralentissement dans la décroissance du nombre de cas dans les grandes villes et plus spécifiquement à Bruxelles. « Cela s’explique, d’une part, par l’immigration et la paupérisation qui y est grandissante et, d’autre part, par l’apparition d’une forme grave de résistance aux médicaments antituberculeux. »



Toutefois, depuis peu, il y a un problème dans le dépistage francophone. Pour rappel, le 15 décembre 2011, le collège provincial de Namur a décidé de mettre fin à son implication dans les actions de prévention de la tuberculose à partir du 1er janvier 2012. Il s’agissait, d’une part, de l’ensembledes actions de lutte contre la tuberculose que le Fares lui avait entièrement déléguées pour la province de Namur et, d’autre part, de la gestion de l’unité mobile « radiologie » de la province de Namur, qui servait également d’appui à la lutte contre la tuberculose à Bruxelles et dans les provinces de Luxembourg, du Hainaut et du Brabant wallon. Concrètement, le car de radiologie effectuait des dépistages de personnes défavorisées sur le plan socio-économique et de personnes sans domicile fixe en Fédération Wallonie-Bruxelles.
La décision du collège provincial de Namur répond au souhait de la province de ne plus investir dans un car dont 78% des activités étaient réalisées en dehors de son territoire avec un financement jugé insuffisant.

mardi 20 mars 2012

La voix du gagnant est grave !

Les hommes comme les femmes votent pour les candidats qui ont un timbre de voix plus grave, montre une étude américaine menée à l'Université de Miami.

Il était déjà établi que les animaux, comme les humains, réagissent à l'information transmise par la voix. D'autres travaux avaient même montré que le timbre d'un interlocuteur influence la façon dont il est perçu.

Dans les présents travaux, le chercheur Casey Klofstad et ses collègues ont voulu vérifier si le timbre de voix influençait la perception de la capacité de leadership d'un individu. (source: radiocanada.ca)

Cédric Blanpain et les cellules souches contre le cancer

Ce mardi 20 mars, Rudy Demotte et Jean Marc Nollet se sont au sein des laboratoires de l’ULB, afin de rencontrer le professeur Cédric Blanpain, le lauréat du prix annuel du jeune investigateur le plus méritant dans le domaine des cellules souches.
Ce Prix très prestigieux a été décerné pour les travaux que le Dr Blanpain et son équipe de l’ULB, composée aujourd’hui d’une trentaine de chercheurs, ont réalisés dans le domaine des cellules souches et du cancer.

Pour rappel, le projet de Cédric Blanpain propose d’utiliser de nouvelles approches multidisciplinaires combinant traçage de cellules isolées, analyse clonale tridimensionnelle sur tissus entiers des cellules marquées aux cours du temps et modélisation mathématique des données obtenues en collaboration de l’équipe du Pr. Ben Simmons du département de physique de l’Université de Cambridge.
Cette nouvelle approche intégrée de homéostasie tissulaire devrait permettre à l’équipe de Cédric Blanpain de faire des avancées majeures dans la compréhension de la dynamique de prolifération des cellules souches durant l’homéostasie tissulaire et le développement des cancers.

lundi 19 mars 2012

Prise en compte du stress périnatal


  Des recherches scientifiques sur l’impact du stress de la mère enceinte sur l’enfant à naître ont été rapportées dans le  Journal des Médecins no2223 du 2 mars dernier. Les facteurs de stress sont de plus en plus présents dans notre monde et les mères enceintes sont loin d’être épargnées. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la députée Muriel Targnion rappellent que "les scientifiques conseillent d’appliquer des stratégies préventives et thérapeutiques dont certaines peuvent être proposées par l’ONE : détecter les facteurs de stress et accompagner les parents pour réduire l’impact sur l’enfant à naître. Les consultations prénatales semblent être l’endroit tout indiqué pour aborder le sujet et commencer la prévention et le soutien à la parentalité Qu’est-il prévu dans les consultations prénatales de l’ONE ? "

Maisons médicales: des interventions du Fédéral et des Régions


Les associations de santé intégrée constituent une ressource de 1ère ligne indispensable, particulièrement au vu de la situation économique actuelle. Par une implantation très locale, au sein « des quartiers », ces structures jouent un rôle important en termes de proximité, se traduisant par le développement de projets de santé communautaire qui impliquent la population. 

Pour la ministre wallonne de la santé, Eliane Tillieux, au-delà, le Plan Marshal 2.Vert dédicace, via son axe 6 « Bien être social » des postes APE à certains secteurs structurants mais rien n’est explicitement prévu en ce qui concerne les associations de santé intégrées. "En ce qui concerne l’existence d’une aide à l’installation dégressive, celle-ci n’est pas prévue par la réglementation wallonne mais d’autres outils facilitateurs sont en œuvre" souligne-telle au Parlement wallon.

dimanche 18 mars 2012

PAS assez de linge à l'hôpital

Cela parraît incroyable. Ce n'est pas au bout du monde...mais à deux pas de chez nous...Cela paraît difficile à croire, mais l’Assistance publique-Hôpitaux de (AP-HP), le plus grand organisme hospitalier de , manque de draps, de linge ou de blouses. Les , qui manifesteront mardi contre la gestion de l’institution, mettront cette question sur la table du prochain comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’AP-HP le 27 mars. (source: leparisien.fr)
La direction fait des économies sur tout. Il n’y a pas que le linge. C’est la grande misère », se désole Marie-Christine Fararik, secrétaire générale de SUD-Santé à l’AP-HP. « Il est indécent de demander à des malades d’apporter du linge. Il y a des risques de disséminer des organismes, des maladies. Cette situation dure depuis plus d’un an », s’insurge Rose-May Rousseau, représentante CGT au conseil de surveillance de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne). « Il manque du matériel à tous les niveaux », déplore lui aussi Patrick Le Texier, délégué SUD de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne).


Pourquoi une telle pénurie de linge ? « On nous parle de vols mais cela est marginal, estime Marie-Christine Fararik. Depuis des années, l’AP-HP n’a pas investi. Or, le linge s’abîme vite. Trop usés, les draps partent à la poubelle. » La direction de l’AP-HP ne nie pas le problème. « Nous avons été confrontés les premières semaines de 2011 à une forte montée des pertes de linge, confirme Jean-Charles Grupeli, directeur du service central des blanchisseries. En 2011, 910000 € ont été investis pour acheter du linge neuf. Mais cela ne suffit pas. En janvier-février 2012, nous avons augmenté nos approvisionnements de 132%. » Mais, admet-il, « le temps qu’on achète le linge et qu’on remette à flot les inventaires, la situation ne devrait pas être normalisée avant la fin du semestre ».(source: leparisien.fr)

samedi 17 mars 2012

La consommation d'alcool chez les personnes âgées en Belgique


A des âges différents, les hommes et les femmes peuvent avoir des problèmes de consommation d'alcool. Les personnes âgées pour lesquelles une difficulté liée à l’alcool se pose, sont davantage concernées par une consommation chronique ou aigue.

Le chapitre « seniors » du tableau de bord transfrontalier de la santé montre que dans les provinces wallonnes, environ 20% des hommes de 65 ans et plus et 10 % des femmes sont des consommateurs quotidiens de boissons alcoolisées (chiffres issus des enquêtes nationales de santé).

8,5% des hommes de cet âge et 4,1 % des femmes consomment respectivement plus de 22 et 15 verres par semaine en moyenne en 2008 en Wallonie. Par ailleurs, 11 % des hommes et 3 % des femmes déclarent aussi dans cette enquête consommer 6 verres ou plus d’alcool en une occasion au moins une fois par mois.

La ministre wallonne de la santé, Eliane Tillieux a fait le point sur cette question au Parlement wallon : "Un autre indicateur intéressant porte sur le nombre de décès par cirrhose. En 2006, dernière année disponible, 335 hommes et 162 femmes sont décédées des suites d’une cirrhose. Il est important de préciser que la cirrhose n’est pas toujours alcoolique, elle l’est dans 50 à 75% des cas. La cirrhose constitue, par contre, une grande cause de mortalité prématurée (avant 65 ans).

La ministre va plus loin dans son analyse: "L’OWS cite souvent la proportion extrêmement élevée de personnes de 65 ans et plus qui consomment chaque jour des médicaments prescrits. Un tiers d’entre eux prend plus de 5 médicaments différents, alors que la faculté considère qu’au-delà de 3, on ne maîtrise ni les effets secondaires ni les interactions. De plus, pour la plupart des personnes âgées qui consomment trop d’alcool, le phénomène n’est pas nouveau. Mais beaucoup d’aînés  diminuent d’ailleurs leur consommation en vieillissant. Par contre, les déterminants d’une soudaine augmentation de la consommation d’alcool sont sûrement à chercher dans la sphère psychosociale. Il est largement admis que l’isolement est un facteur déterminant du « mal vieillir ». Ainsi, l’alcoolisme ne consiste pas un problème majeur chez la personne âgée, du moins en termes de fréquence dans la population."

Les services spécialisés en assuétudes et les services de santé mentale ne sont que peu confrontés à cette question au niveau des personnes âgées. Par contre, la première ligne de soins, tels les médecins généralistes et les maisons médicales le sont, de par la morbidité directe de l’alcoolisme et de par la co-morbidité surajoutée en présence d’autres pathologies. La complexité clinique qui en résulte nécessite alors le recours à des soins médicaux spécialisés.

GSK: 2ème des employeurs privés les plus attractifs

Dans le classement du Randstad Award cette année, GSK termine 2ème des employeurs privés les plus attractifs de Belgique, précédée de Deme. Fleuron de l’économie belge, GSK a figuré dans le top 5 des employeurs les plus attractifs du pays pendant plusieurs années[1]. Après avoir été numéro 1 à deux reprises, cette année GSK termine numéro 1 dans le secteur pharma.
GSK Biologicals, des valeurs connues et reconnues
Comme chaque année depuis 2001, Randstad, le spécialiste des ressources humaines, en collaboration avec la FEB, a décerné le Randstad Award aux employeurs les plus attractifs du pays. Cette année, les gagnants ont été sélectionnés parmi les 184 plus grandes entreprises privées et les 30 plus grandes entreprises publiques de Belgique, selon une enquête réalisée en collaboration avec l’institut indépendant ICMA. Le Randstad Award, un concept belge, est attribué dans 14 autres pays.
Pierre Braconnier, Vice-President HR Services Belgium chez GSK Biologicals, se réjouit du classement obtenu par GSK : « Tout d’abord, c’est un honneur pour GSK Biologicals de recevoir cette récompense. Mais c’est aussi et surtout l’occasion de mettre en valeur l’ensemble du personnel de GSK Biologicals et de l’activité commerciale à Genval, qui sont tous de véritables ambassadeurs de notre société auprès du grand public. Nous souhaitons associer tous nos collaborateurs à ce succès.»
« Par ailleurs, un prix comme celui-ci est plus qu’une reconnaissance pour notre personnel et notre management au niveau local et global qui continuellement investissent en Belgique. C’est aussi ce qui nous permet d’avoir une vision claire et à jour des critères d’attractivité prioritaires (package salarial, sécurité d'emploi, santé financière, perspectives d'avenir, formations et contenu de la fonction, …). Pour nous, le capital humain demeure un facteur essentiel. Nous sommes conscients que le choix d’un employeur ne se fait pas à la légère, que la perception positive dont nous avons bénéficiée est liée aux valeurs que GSK Biologicals incarne et qui se reflètent chaque jour dans nos activités. »
Avec GSK à la 2ème place, cette année encore le secteur pharmaceutique confirme sa position de leader sur les autres secteurs. Ces dernières années, le secteur pharmaceutique a en effet toujours été parmi les lauréats du prix. Le secteur pharma est plébiscité par l’ensemble des participants comme l’un des secteurs les plus attractifs, en tête sur la plupart des critères d’attractivité.
GSK est cette année encore la seule société pharmaceutique du top 3. Un résultat que le Vice-Président Pierre Braconnier de GSK Biologicals attribue très certainement à 3 raisons essentielles : l’ampleur des investissements continus pour l’innovation et la recherche scientifique, la qualité et à la diversité des produits et leur impact pour l’amélioration de la santé dans le monde.
Et Mr Braconnier d’ajouter : « Nous espérons que ce résultat encourageant pour le secteur pharmaceutique contribuera à attirer de plus en plus de jeunes vers des carrières scientifiques. Attirer les jeunes talents, au niveau mondial, reste en effet un défi pour de nombreuses entreprises ».

Pour rappel, GSK Biologicals est la division vaccins de GlaxoSmithKline. A la pointe de l’innovation, elle est l’un des leaders mondiaux dans ce domaine. Elle assure la recherche, le développement et la production de vaccins – elle en compte plus de 30 autorisés à la vente, et 20 autres en développement, dans le domaine prophylactique et thérapeutique. GSK Biologicals a son siège en Belgique où elle compte près de 7500 employés ; 14 sites industriels stratégiquement répartis dans le monde assurent la production de ses vaccins. En 2011, GSK Biologicals a distribué 1,43 milliard de doses de vaccins, dont 130 millions de doses de vaccin H1N1, dans 179 pays des régions développées et du monde en développement. Fournisseur essentiel pour les organisations internationales comme le GAVI ou l’UNICEF, GSK Biologicals collabore avec les décideurs des pays pour établir des politiques de vaccination et veiller à ce que les vaccins soient disponibles pour tous.
Grâce à ses équipes talentueuses et engagées, GSK Biologicals utilise son expertise pour mettre au point des vaccins novateurs qui contribuent à la santé et au bien-être de chaque génération à travers le monde.Pour plus d’information, visitez le site de l’entreprise : www.gsk.com

vendredi 16 mars 2012

Plus de petites et moyennes maisons de repos en Wallonie !

Combien de lits par maisons de repos? Peut-on garantir une qualité de soins dans des maisons de repos trop grandes? Au Parlement wallon, la question du nombre de lits dans les maisons de repos s'est posée. Eliane Tillieux, ministre de la santé, PS, a répondu à Chantal Bertouille, députée MR. "Pour pouvoir requalifier les lits de MR en lits de MRS en Wallonie, la maison de repos doit avoir une capacité d'hébergement d'au moins 40 lits, ne
comptant pas, là-dedans, les lits de courts séjours. C'était 50 antérieurement. En ce qui concerne la taille des maisons de repos en Wallonie, au 31 décembre 2011, il y avait 667 sites répertoriés qui accueillaient des lits MR, des lits MRS et de courts séjours pour un total de 47.391 lits."

jeudi 15 mars 2012

Des pilules belges vendues au Vietnam

On avait déjà connu des pilules belges dans plusieurs pays du monde comme en Afrique du Sud...Cette fois, dans le cadre de la mission économique princière qui se déroule au Vietnam  Mithra Pharmaceuticals, la spin-off de l’Université de Liège fondée en 1999 par François Fornieri, Manager de l’Année 2011 vient de conclure un accord de commercialisation et de distribution de ses contraceptifs oraux avec l’entreprise NGA VIET TRADE CO à Ho Chi Minh City.
Etablie en 2006, NGA VIET TRADE CO commercialise au Vietnam une trentaine de produits et traitements. Bien implantée dans tout le pays, NGA VIET TRADE CO compte plus de 51 employés et présente depuis 7 ans une croissance comparable à celle de la Spin-off liégeoise.
La société saïgonnaise veut aujourd’hui pénétrer le marché vietnamien de la contraception orale avec les produits Mithra. Ce marché représente pour le moment 15% de celui de la contraception en général et présente une forte croissance de l’ordre de 25% par an...
L’accord de commercialisation et de distribution porte dans un premier temps sur la commercialisation de la pilule Daphne mise au point et commercialisée par Mithra depuis 2004. En décembre 2011, plus de 160 millions de pilules Daphne avaient déjà été vendues par Mithra dans le monde.

mercredi 14 mars 2012

Un Gérontopôle mis sur pied !

De plus en plus de personnes auront besoin de soins à domicile ou de maison de repos. En France, une initiative originale vient d'être mise sur pied. D’ici 2030, 30% des habitants des Pays de la Loire aura plus de 60 ans. C’est pour anticiper cette évolution , que la Région a inauguré l’an dernier un pôle de compétence unique en France : le Gérontopôle. (Source:; bien-vielllir.net)

Son objectif est d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées, mais aussi, encourager et développer l’économie régionale en soutenant l’innovation.

Maman à 28 ans en Belgique

 L'âge moyen où l'on a son premier enfant est passé de 26-27 ans en 2009 à 28 ans en 2012, selon une enquête intitulée "Avoir un enfant en 2012", réalisée par Euromut en collaboration avec Le Vif/L'Express et le Knack, et dont les résultats ont été publiés mercredi.

Dans un monde idéal, les femmes souhaiteraient avoir leur premier enfant vers 25 ans et les hommes plutôt vers 30 ans. Quant au nombre d'enfants idéal dans une famille, la tendance est plutôt à la baisse: ceux qui disent que 2 enfants forment la famille idéale sont plus nombreux en 2012 qu'en 2009 et, en contrepartie, les pourcentages pour 3 ou 4 enfants sont en légère baisse.

Quant à ceux qui ne souhaitent pas d'enfant, ils invoquent, avec plus d'insistance qu'en 2009, les complications d'ordre pratique, révèle l'étude.
Par ailleurs, un sondé sur 4 a eu son premier enfant à 30 ans ou plus et 1 sur 5 a expliqué avoir eu des problèmes pour avoir un enfant.
L'enquête a été réalisée sur internet auprès de 8.714 Belges.

Remboursement du Transcatheter Aortic Valve Implantation


En Belgique, la Société belge de Cardiologie, la Société belge de  Cardiologie interventionnelle et la Société belge de Chirurgie cardiothoracique sont favorables à l'établissement d'un cadre précis de
remboursement pour une  nouvelle technique, le Transcatheter Aortic Valve Implantation.

Pour rappel, cette technique permet le remplacement de la valve aortique, chez des personnes présentant des sténoses de valve aortique par exemple, et ce à coeur battant, c'est-à-dire sans circulation extracorporelle et sans devoir ouvrir le sternum et la cage thoracique.




mardi 13 mars 2012

254 spécialistes formés en Belgique ont quitté le pays

Les médecins belges sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter le pays pour s'installer ailleurs, essentiellement en France et en Allemagne, où les conditions de travail sont meilleures, écrit Le Soir mardi.

Parallèlement, de plus en plus de médecins européens s'installent en Belgique. Les médecins belges sont recherchés à l'étranger car leur formation, notamment en anesthésie ou en radiothérapie, est très appréciée, selon l'Absym (Association belge des syndicats médicaux).

Un clin d'oeil de grossesse!

Voilà une petite vidéo amusante sur la grossesse. (Source: psychomédia)

La naissance d’un enfant…un grand moment de joie…et de stress pour les futurs parents. La plupart des femmes ne subiront pas les effets néfastes du stress pendant la grossesse, surtout quand elles prennent des mesures adéquates pour faire face à leur stress. Mais que faire alors? Surtout qu’il est plus que déconseillé de prendre des médicaments contre le stress lorsqu’on est enceinte….Voici quelques conseils simples pour gérer le stress pendant la grossesse

lundi 12 mars 2012

Le serpent...et l'ovulation de la femme

La nature regorge de mystère. En voici un nouveau que les rechercheurs explorent. Quand il s'agit de repérer un serpent, symbole de danger imminent pour l'espèce humaine et autres primates, personne ne peut battre une femme qui vient d'ovuler. C'est ce qu'ont démontré des chercheurs japonais dans une étude récente.
Des études récentes ont prouvé que les humains adultes identifiaient plus rapidement les stimuli visuels liés à la peur, comme les serpents, que des signaux "neutres", des fleurs par exemple.
Certaines observations ayant montré que l'humeur, les perceptions et le comportement de femmes peuvent fluctuer en fonction de leur cycle menstruel, Nobuo Masataka et ses collègues de l'Institut de recherche sur les primates de l'Université de Kyoto ont voulu vérifier si cela influençait également leur capacité à détecter une menace.
Ils ont donc testé 60 femmes adultes, en bonne santé et pas encore ménopausées, au cours des trois phases de leur cycle menstruel. Les chercheurs ont présenté à chaque participante une "matrice" de neuf cases. Certaines contenaient une image de serpent et huit images de fleurs, ou inversement huit images de serpent et une image de fleur, à charge pour elle de détecter l'image "cible" le plus rapidement possible.
Les femmes qui affichaient le temps de réaction le plus court étaient celles qui se trouvaient dans la phase dite "lutéale" de leur cycle menstruel, qui correspond à la période suivant l'ovulation.
Selon les auteurs de l'étude, publiée jeudi dans la revue britannique "Scientific Reports", cela pourrait être le résultat d'une adaptation de l'espèce humaine qui renforcerait la vigilance des femmes lorsqu'elles sont potentiellement enceintes.
Cette vigilance accrue pourrait être liée à deux hormones, la progestérone et l'estradiol, dont la concentration est au plus haut dans leur organisme durant la phase lutéale. Toutefois, les chercheurs n'ont pas effectué d'analyses sanguines pour vérifier cette corrélation, ce qui nécessiterait des études complémentaires.

L'Iphone Cardio test

Ce n'est pas le premier sujet de télémédecine dont on vous parle. L'hygiène de vie en Weekmate avait déjà fait l'objet de l'attention du blog.
Cette fois, PARSYS Télémédecine lance l’application iPhone Cardio Test. Disponible gratuitement sur iPhone, iPad et iPod touch, l’application Cardio Test est dédiée à la prévention des risques cardio-vasculaires et aux gestes de premiers secours liés à ces risques. Mise au point par des médecins et des secouristes, l’application Cardio Test est un outil de prévention et de sensibilisation aux affections cardio-vasculaires. (Source: buzz e-santé.com) 



Cette application propose notamment un test d’évaluation personnalisé, des conseils précis et aisément applicables dans la vie quotidienne, et une assistance très utile pour réagir efficacement face à d’éventuelles situations d’urgence cardio-vasculaire. Cardio Test propose également de découvrir des outils de télémédecine innovants permettant le suivi à distance des données vitales par le médecin traitant ou un centre de veille médicalisé.
Il est toutefois important de préciser que rien ne remplace votre visite annuelle chez votre médecin traitent ou votre cariologue !
Télécharger l’application sur iTunes
(Source: buzz e-santé.com)

samedi 10 mars 2012

Danger du chlore : « les médecins peuvent agir au cas par cas »


Le débat sur le chlore dans les piscines se poursuit dans le Journal du Médecin. Devant l’absence de mesures scientifiques claires, le ministre de l’enfance, Jean-Marc Nollet, recommande aux médecins de sensibiliser les parents face aux dangers du chlore pour la santé de leur enfant.  
Le chlore présente des inconvénients sanitaires, comme l’ont montré les résultats des études du professeur Alfred Bernard, toxicologue à l’UCL notamment sur les risques accrus de bronchiolite chez les jeunes enfants. Une réflexion renforcée par une nouvelle étude franco-canadienne portant sur les nageurs de compétition. Ces conclusions révèlent chez la plupart de ces nageurs des signes histologiques de lésions pulmonaires, une hyperréactivité bronchique et une sensibilité à au moins un allergène.


Des films sur la santé !

Lundi, c'est la fête des images de santé. L’édition 2012 du Festival international d'image de santé  présentera 350 films dont une centaine sont en compétition officielle, 4 journées d’opérations en direct, des débats, des soirées thématiques et une Web TV pour suivre toute l’actualité du festival en live sur www.imagesante.be. (Plus d'infos sur Topic Santé) 

jeudi 8 mars 2012

Pharmacie belge : Polémique sur certaines ristournes !

En Belgique, la fourniture de médicaments est soumise à la loi du 24 décembre 1993 relative à l'exécution des marchés publics prescrivant la mise en concurrence, d'où la "ristourne" appliquée par certains pharmaciens lors de la délivrance de médicaments.

A La Chambre, la députée Catherine Fonck, CDH, s'inquiète de certaines ristournes au quotidien : "Alors que l'arrêté royal du 21 janvier 2009 portant instructions pour les pharmaciens interdit toute ristourne à un mandataire de patients vivant en communauté, il semble que certains grands groupes pharmaceutiques, en plus d'offrir des ristournes très importantes sur le prix des médicaments lors d’achats par des maisons de repos, en offrent également aux membres du personnel et à leur famille. Avez-vous été informée de telles pratiques? Quelles dispositions comptez-vous prendre au vu d'une situation de surenchère commerciale illicite? Une concurrence malsaine entre certains types de pharmacie serait inacceptable. Cela mettrait à mal la place de l'ensemble des pharmaciens en tant qu'acteurs de la santé. "

Pour Laurette Onkelinx, ministre de la santé, est consciente de ce problème : "Les membres du personnel des maisons de repos et leurs familles ne peuvent être considérés comme des résidents vivant en communauté, et le pharmacien ne peut leur délivrer de médicaments via un mandataire.  Je charge mon administration, et plus particulièrement l'Agence fédérale des médicaments, de vérifier si, dans certains cas de délivrance de médicaments aux maisons de repos, il en serait distribué au personnel via le même mandataire que pour les autres patients.
Une concurrence déloyale entre pharmacies peut faire l'objet de mesures disciplinaires de l'Ordre des pharmaciens. Je vais interroger son Conseil national à ce propos."
Le débat sur cette question n'est pas terminé.  

68% des femmes pensent que l’infidélité est le secret de la longévité du couple


78 % des femmes pensent que la Journée de la Femme est une journée symbolique importante voire nécessaire pour l’égalité des sexes. Au contraire, elles sont 22% à penser qu’une journée dédiée aux femmes n’est pas « utile », et même que c’est une «hypocrisie ». Gleeden.com, site de rencontres extraconjugales pensé par des femmes, a interrogé 1 801 femmes francophones (Françaises, Belges, Suisses) sur leur vision de cette journée qui leur est dédiée depuis plus de 100 ans. 


mercredi 7 mars 2012

Stop aux bébés nageurs?

La polémique est fréquente sur ce sujet des bébés-nageurs : cette technique, inventée dans les années 60 pour familiariser les bébés avec l'eau et diminuer les risques de noyade, est aujourd'hui fortement déconseillée par les experts du Conseil supérieur de la santé, en conclusion d'un nouveau rapport qu'il publie sur les risques du chlore sur la santé. (Source: leoir.be, Plus d'infos dans le Soir, dossier p.8 dans le Soir du jour)

Les spécialistes déconseillent cette pratique parce que le bienfait espéré n'est pas assez important par rapport au risque représenté par des poumons trop faible et des muqueuses hyper-réactives. Mais, paradoxalement, les mêmes experts continuent à recommander la natation au-delà de 12 mois, même pour des enfants asthmatiques !

Or, une des recherches qui a provoqué la demande de ce rapport par la ministre de la santé Laurette Onkelinx (PS) établissait un risque d'asthme multiplié par huit pour 20 heures d'exposition à l'eau chlorée, comparé à celui qu'on court si on nage dans une piscine désinfectée autrement !
Les experts du Conseil considèrent ces conclusions « prématurées », estiment que d'autres causes, comme le tabagisme des parents, pourraient être confondues avec l'exposition au chlore. Et veulent attendre des études plus étendues. Le professeur Alfred Bernard, qui a mis en garde contre les effets du chlore non contrôlé dans les piscines, rétorque que les experts n'ont pas mené une vraie étude de risque, se contentant d'un survol superficiel. Et met une nouvelle fois en garde : « Avec la crise économique, les gestionnaires de piscine, pris à la gorge, vont être tentés de renouveller moins souvent l'air et l'eau des installations, parce que les chauffer coûte très cher. Or, c'est cette accumulation qui peut créer le danger pour les poumons des enfants, en créant des lésions qui ne se transformeront en asthme déclaré que des années plus tard (Plus d'infos dans le Soir, dossier p.8 dans le Soir du jour)

6000...femmes excisées par jour


Chaque année, quelque 3 millions de femmes et jeunes filles, pour la plupart encore enfants et adolescentes, subissent une mutilation génitale féminine (MGF) et sont excisées dans le monde… Les MGF sont une réalité qui dépasse de loin les seules frontières des pays africains où elles trouvent principalement leurs origines dans les us et coutumes des populations locales.

Marjorie Jaspar est une artiste engagée. Elle est partie sur le terrain à la rencontre de ces femmes en Ethiopie, dans des villages et les tribus reculées, où plus de 74% des femmes, jeunes filles et préadolescentes sont excisées. Loin de fustiger dans son travail par quelque jugement, une pratique qui ne cesse de nous interpeller néanmoins, Marjorie Jaspar propose une série de portraits sobres, dignes et d’une grande humanité, de femmes, toutes excisées. Chacune d’entre elles, avec leur accord, renvoie par un nombre à un aspect de la réalité des mutilations génitales féminines dans le monde et en Ethiopie. L’exposition « Les 6000 »* propose une série de portraits de femmes issues d’origines, cultures et tribus différentes, et jette un regard digne, sobre et sans jugement sur une des pratiques coutumières qui ne cesse d’interpeller, chaque jour davantage, la communauté internationale.

Taxer la malbouffe !

La Fondation contre le cancer qualifie de bon sens la recommandation de l'ONU de taxer la malbouffe. Elle préconise en outre de baisser les prix de produits sains, comme les fruits et légumes, en réduisant les taxes.



"Une étude d'une diététicienne a mis en évidence que le prix d'une gaufre était inférieur de moitié à celui d'une pomme. La surcharge pondérale est un des facteurs responsables d'une série de cancers", indique le directeur médical de la Fondation contre le cancer, Dr Didier Vander Steichel. "Il faut rendre plus chers certains produits qui ne sont pas sains et dans le même temps rendre plus accessibles financièrement les produits sains qui jouent un rôle de prévention en matière de cancer", préconise-t-il. Le prix est un facteur à ne pas sous-estimer, d'après la Fondation.

Se référant à l'impact sur la consommation des hausses de prix des produits du tabac, la Fondation recommande d'augmenter sensiblement les prix des aliments néfastes pour la santé. "Si cela fonctionne pour le tabac qui produit un effet de dépendance, cela doit certainement intervenir aussi pour les aliments", analyse le docteur Vander Steichel.

La Fondation contre le cancer se demande s'il ne faut pas interdire la publicité pour les aliments néfastes pour la santé - alors que l'ONU préconise de la limiter - et s'il ne faut pas revoir leur étiquetage. "La mention de la quantité de calories, lipides ou sucres n'aide pas le consommateur car elle reste illisible ou incompréhensible. Une référence à la campagne 'cinq fruits et légumes par jour' serait plus appropriée. Il ne faut en tout cas pas stigmatiser les consommateurs, comme les personnes obèses", considère le docteur Vander Steichel.

Si le prix est un facteur déterminant dans le choix du consommateur, d'autres influencent encore nos achats. La prévention ne doit, elle, pas se limiter à des campagnes d'information, met en garde la Fondation. "Le consommateur garde en dernier recours la possibilité du choix. Les pouvoirs publics doivent, eux, baliser ces choix", conclut la Fondation, qui s'oppose à une suppression pure et simple d'aliments susceptibles d'être néfastes à la santé.(source: dh.be)

230 services d’ambulance en Belgique

A la Chambre, récemment, la ministre de la santé, Laurette Onkelinx, a fait le point sur les services d’ambulance : « Notre pays compte 230 services d’ambulance agréés opérant depuis 257 postes. Outre ces services, notre système comprend aussi actuellement 14 équipes paramédicales d'intervention ou EPI. Enfin, nos citoyens en détresse peuvent également compter sur l’aide de 98 SMUR. L’aide médicale urgente est régie par la loi du 8 juillet 1964 et tous les services d’ambulance y sont soumis. »

mardi 6 mars 2012

Manif des étudiants en médecine

Les étudiants de médecine, sous les fenêtres des cabinets Marcourt et Onkelinx en début d’après-midi. Pour protester contre la réforme des études de santé, adoptée hier en commission au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Celle-ci impose notamment qu’en cas de moyenne inférieure à 8/20 lors des examens de janvier en première année, celle-ci puisse être étalée sur deux ans. Les étudiants y voient un examen d’entrée déguisé et différé.
  (source: rtl.be)

Les étudiants voient dans ces mesures la possibilité de rendre l'étalement obligatoire et d'instaurer un frein à l'accès aux études. La FEF a manifesté mardi aux Facultés Saint-Louis (Bruxelles) et à l'ULg (Liège) en bâtissant des murs symboliques à l'entrée des facs de médecine. Les étudiants manifesteront encore mercredi. Le MR, pour sa part, juge que le texte est "mieux que rien", notamment pour son aspect propédeutique et concernant la suppression du numerus clausus en Communauté française, mais il le qualifie d'insuffisant.


Partisan d'un examen d'entrée qui donnerait au gouvernement fédéral un argument pour lever le contingentement des numéros Inami donnant accès à la profession, le sénateur de Communauté Jacques Brotchi a estimé que le test - uniquement indicatif - prévu par le décret risquait de reporter sur les professeurs la responsabilité de "faire tomber la hache" sur les étudiants en surnombre. Les diverses pistes de remédiation, réorientation, etc, sont complexes à mettre en oeuvre et très lourdes à financer pour un budget communautaire en pleine restriction, a ajouté le neurochirugien. Il estime également que les 3,2 millions d'euros pérennisés par M. Marcourt pour aider les universités à faire face à l'afflux d'étudiants étaient largement insuffisants.

L'un des objectifs de la réforme est que l'étudiant "se regarde dans la glace" quant à ses capacités, avec une volonté du législateur de l'aider, sans sanction. Le décret sera soumis à une évaluation, notamment dans la perspective de 2018, année où la cohorte des derniers diplômés en 7 ans se doublera de ceux nouvellement diplômés en 6 ans. Jean-Claude Marcourt s'est emporté contre le blocage au fédéral sur le contingentement des numéros Inami, dû à une divergence de vues entre Flamands et francophones sur le coût des soins de santé. "On est en train d'organiser une pénurie massive de médecins, aggravée par le vieillissement de la population issue du baby-boom", a-t-il déploré, appelant à un "sursaut politique".  (source: rtl.be)

Maman a 66 ans : la polémique

Jusqu'où peut-on aller dans l'envie d'avoir un enfant? Cette question est revenue au cenrte de l'actualité en Suisse. L'annonce de l'accouchement de jumeaux par une femme pasteur suisse à la retraite de 66 ans suscitait la polémique lundi dans le pays, de nombreux commentaires sur Internet dénonçant "l'égoïsme" de la mère. Cette femme, qui vit seule et dont l'identité n'a pas été révélée, a accouché il y a une quinzaine de jours de jumeaux à l'hôpital cantonal des Grisons à Coire, selon le journal SonntagsBlick.
L'information a été confirmée par l'établissement qui n'a pas souhaité donner davantage de précisions. Selon le journal, il s'agit de la femme la plus âgée à avoir accouché dans le pays et elle est allée en Ukraine pour organiser sa grossesse. En 2010, une Suisse de 64 ans avait donné naissance à une fille. Les enfants sont nés par césarienne et sont toujours en observation à l'hôpital, tout comme la mère, qui se déplace en déambulateur pour cause de douleurs dues à sa cicatrice. (Source: le point.fr)

lundi 5 mars 2012

Mère adolescente et prise en charge

En Fédération Wallonie-Bruxelles, le nombre de mères adolescentes est interpellant. On en dénombrait 1 300 en 2010, dont 1 250 avaient entre seize et dixneuf ans et 50, entre douze et quinze ans. La meilleure action à mener pour diminuer le  nombre de grossesses précoces est la prévention. La mise en oeuvre de l’Éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) est en bonne voie. Au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, la députée, Mme Savine Moucheron (cdH) est inquiète : "Toutefois, malgré les campagnes de prévention et de sensibilisation, les grossesses précoces restent nombreuses. Outre la prévention, il faut aussi travailler à l’accompagnement des adolescentes qui se retrouvent enceintes. Souvent, ces jeunes filles sont sans compagnon et parfois, leurs familles les rejettent. Les maisons maternelles ont pour mission de les accueillir avec leur bébé, mais elles refusent celles qui ont un passé lourd, voire délinquant. Pour leur venir en aide, des services dépendants de l’Aide à la jeunesse, comme le centre  d’accueil spécialisé Toboggan à Mons, aident ces jeunes femmes. "

Faites la mammographie !

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes. Pour la majorité d'entre elles, qui ne présentent pas de risque particulier, le dépistage proposé se limite aux 50-74 ans. Pour cette tranche d'âge, une mammographie de dépistage, avec double lecture pour limiter les risques de laisser passer une petite lésion, est recommandée tous les deux ans. (source: figaro.fr)

vendredi 2 mars 2012

Médecins : envie de travailler après 65 ans ?





Que faire après 65 ans lorsqu’on est médecin généraliste ou spécialise en bonne santé ? Ils sont nombreux à vouloir maintenir une activité médicale. Le Journal du Médecin revient sur une initiative originale.



Plusieurs associations de médecins et caritatives œuvrent depuis des années en Asie ou en Afrique bénévolement. Des médecins belges y pratiquent des opérations ou un suivi de la santé d’une population locale tout en apportant leur expérience dans le cadre de formation.


D’autres médecins ne veulent plus du tout entendre parler de médecine et se lancent dans des projets non-médicaux. Ils sont de plus en plus nombreux aussi à créer leur société pour poursuivre une activité médicale après 65 ans tout en gardant de manière optimale leur droit à la pension. Toutefois, la charge administrative d’une telle démarche n’est pas du goût de tous. Une nouvelle alternative se présente donc sur le marché médical du médecin en retraite : la société H3S. « Nous proposons aux médecins seniors de les mettre en relation avec des institutions de soins à la recherche d’un renfort temporaire. On assure évidemment un accompagnement à la fois administratif, juridique et économique. Notre suivi est individualisé au niveau fiscal et financier pour ne pas que le médecin perde les atouts de sa pension » explique Jacques Simon, Partner chez H3S.

Actuellement, sur le marché belge, cette société dit ne pas avoir de concurrent : « Il y a plutôt des chasseurs de tête qui cherchent des médecins pour des institutions. Il n’existe toutefois pas une société spécialisée dans le placement de médecins seniors. »

Ce projet est venu d’une demande de terrain : « Nous connaissions plusieurs hôpitaux qui recherchaient des médecins pour des remplacements temporaires. Nous avons donc développé ce service où les remplacements peuvent aller de 2 semaines à 6 mois ou plus. C’est idéal pour remplacer un médecin en congé de maternité ou qui vient d’avoir un accident. Cela permet parfois à une institution hospitalière de garder son agrément. »

Ce système existe actuellement en Nouvelle Zélande et en Australie. « Nous avons deux médecins dans notre structure pour répondre au mieux à toutes les questions » ajoute François Burhin de la société H3S.

L’inquiétude principale du médecin, c’est le maintien de sa pension : « Pour un indépendant la pension à 65 ans est d’un peu plus de 17.000 euros net et pour les salariés entre 20 et 23.000 euros. Pour beaucoup de médecins, il est donc important de bien penser leur projet financier. Nous avons une cellule qui tient en compte tous les éléments fiscaux. »

Evidemment ce type de service a un coût : « Le médecin placé ne doit pas s’occuper de cet aspect. C’est l’institution médicale qui traite de cette problématique avec nous. Le paiement sera différents pour chaque cas suivant le rôle du médecin dans l’hôpital (forfait, honoraire, pool…)»

C’est un élément qui pourrait froisser ou scandaliser certaines personnes du monde médical : la marchandisation des médecins : « Je comprends que l’on voit notre service sous cet aspect commercial. Ce n’est pas notre volonté. Pour nous, c’est du Win Win. Le médecin est libre de travailler ou non à son rythme (un mois ou plus). De son côté, l’institution peut choisir le médecin qu’elle souhaite parmi les médecins intéressés par notre projet qui ont le profil qu’elle recherche. On n’impose donc rien ni à l’un, ni à l’autre. »



Un médecin n’est pas l’autre. La question de « l’âge limite pour une bonne pratique médicale», différente pour chacun, est aussi au centre du débat : « C’est évidemment un enjeu important. On doit garder des médecins de qualité dans notre organisation. Après chaque mission, l’institution et le médecin réaliseront des rapports séparés d’évaluation. Cela nous permettra de nous rendre compte du travail du médecin dans son environnement. Par ailleurs, nous sommes attentifs à la formation continue de nos membres. C’est essentiel. »



Actuellement, un premier médecin a été placé dans un hôpital de la province du Hainaut depuis le mois d’octobre. D’autres contrats sont en voie de finalisation : « Notre première expérience est positive puisque le contrat de 6 mois a été reconduit 2 mois de plus. »

Christian Denée, président de l’hôpital de Hornu a été le premier a participé au projet de la société H3S «  On avait un besoin d’un médecin chef, d’un médecin d’expérience opérationnel tout de suite. Cela nous a permis de trouver une solution immédiate. Budgétairement, cela n’a rien changé en terme de gestion pour notre institution.» L’avenir dira si cette démarche s’inscrira durablement ou non dans la culture médicale belge.